Rubriques

Adieu Marcel Gotlib

Article publié le 10 Dcembre 2016 par Stephan LAGORCE
Dans la catégorie : Divers

 

Une arrivée très remaquée au banquet des Dieux !


Arrivée de Marcel Gotlib au God's Club. Un accueil incroyable !

 

Le problème avec la mort, c'est que c'est définitif.

Oui, c’est vraiment le problème et c’est sans doute encore plus vrai encore quand elle prend les grands génies du genre humain : Einstein, Leys, Pissaro, Mahler, Nignon ou Gotlib le maître en autodérision toutes catégories, tout récemment. Alors pour sécher nos larmes, restent leur musique, leurs idées ou leurs pages.


Le génie Gotlib.
Gotlib a été très, très prolifique... Et, coup de génie, l’originalité de son talent a été nourrie par l’abondance même de sa production qui, sans jamais se plagier elle-même, progressait toujours vers plus d’expressivité drolatique, déconnades profondes et mise en abimes hilarantes…Peut-être, la postérité va-t-elle ranger Gotlib dans la catégorie un peu fourre-tout des dessinateurs de  bd, comme le grand Reiser mais son œuvre, comédie humaine déjantée, pointe, au fond, un auteur à part entière, fût-il le père de héros aussi improbables que Super Dupont et ses charentaise, Hamster jovial, Pervers pépère ou le saturnien Gai-luron.


La cuisine ?
Marcel Gotlib a consacré à la cuisine, aux produits, aux restaurant quelques-unes de ses pages les plus ébouriffantes, les plus hilarantes, décalées et perçantes. On se souvient des macaronis percés avec des aiguilles géantes, du maître d’hôtel proposant des « Prince de la mer dans son jus des fruits du soleil (de modestes sardines à l’huile), du « La blanquette, c’est qui ? » demandé aux convives par le même maître d’hôtel ou tout simplement de la pomme assommant Newton et devenue une icône traversant ses productions et le temps.

Ainsi donc sa petite musique tendre, douce, féroce, perçante et surréaliste s’est-elle tue pour toujours…Nous reste ses pages et son esprit, puisse-t-il se retrouver au banquet des Dieux qu’il avait si bien dessiné.
 

Adieu Marcel Gotlib

PAS DE COMMENTAIRES POUR LE MOMENT


LES COMMENTAIRES SONT FERMES