Rubriques

COMME LE TEMPS PASSE...

Article publié le 22 Septembre 2015 par Stephan LAGORCE
Dans la catégorie : Divers

 

La malbouffe, Leader Price et Jean-Pierre Coffe.


Cher Jean Pierre, comme le temps passe et passe vite. Quand nous étions jeunes, nous allions à la Ciboulette, votre restaurant… La cuisine y était hardie et enlevée, votre érudition divertissante et le tout Paris jouait des coudes pour vous y voir. Puis il y eu le Modeste, encore plus couru, peut-être…A cause ou grâce à quelques tracas dont vous fûtes la victime dans ces belles maisons, l’aventure gastronomique devint télévisuelle et radiophonique…Quelle chance pour nous autres, misérables consommateurs : vous nous avez éclairé. Merci pour tous vos coups de griffes contre l’industrie Agro-Alimentaire que salutairement vous asticotiez : la malbouffe, le malboire, le malfaire… Vous ne leur avez rien épargné… « C’est de la m… ! » Ah vos coups de gueule dans « Ca se bouffe pas ça se mange » contre les industriels : chaque dimanche, nous les attendions religieusement. Ah, le bonheur de vos saintes colères dans les grosses têtes… Le rebelle, en vous, nous a comblés…
Et voici que dans nos boites aux lettres nous vous retrouvons, pris de vertige, à la une des prospectus de la maison Leader Price escorté par le Jambon à 2.78 € (par étui de deux, s’il vous plait) et les boites de surimi à 6.67 € (le kg, quand même)…Mais où êtes-vous parti, vous l’Amphitryon génial de la ciboulette, le bretteur infatigable de la radio, l’écrivain à succès, le meneur de l’Alcazar, le comédien ? Vers d’autres bonheurs que vos talents d’Expert en agro-industrie vous ont ouverts, nous apprend le site Internet de la maison Leader Price. 
Mais que s’est-il donc passé, et comment avez-vous fait ?
Ô, Grand Gourou du bien manger, expliquez-nous …

http://www.leaderprice.fr/jean-pierre-coffe
 

COMME LE TEMPS PASSE...

PAS DE COMMENTAIRES POUR LE MOMENT


Laissez un commentaire











Vous êtes responsable du contenu que vous publiez.
Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte.